Hana Usui


art press
February 2008, Nr. 342


expositions
:
Berlin
Aneta Panek

Hana Usui
Galerie oko
15 septembre – 17 novembre 2007

Sans doute peut-on retrouver dans la peinture d'Hana Usui tout ce qui caracterise la notion de beaute dans l'art japonais.II y a de la Suggestion : dans le dessin a l'encre traditionnel, les choses ne sont qu'insinuees et ebauchees, et cette peinture en noir et blanc laisse egalement libre cours a l'imagination du spectateur. L'irregularite : les Japonais aiment l'imperfection, l'asymetrie et les contradictions. De nombreuxtravaux d'Hana Usui - entre autres, le magnifique dessin que j'appelle la Ficelle- demeurent ouverts, les bords etant coupes. L'evanescence et le caractere ephemere (les fameuses fleurs du cerisier tombent apres seulement trois jours de floraison) se manifestent dans un materiau qui porte les traces du temps et de l'usure - les rides et les froissures du papier, les estompages de l'encre, les rayures. II y a enfin le vide, non seulement actif dans la composition des tableaux, mais egale­ment dans l'acte createur: Hana Usui tombe dans une sorte de transe lorsqu'elle peint. Et il y a aussi et surtout le caractere indompte de cette pein­ture qui tire ses origines de la calligraphie japonaise traditionnelle. A partir de l’age de six ans, Hana Usui a regu une formation classique en calligraphie. Les enfants japonais apprennent toujours a l'ecole ce qu'on appelle le Shu-ji (l'exercice du signe), le Sho-do (le chemin de l'ecriture) etant enseigne de maniere privee, chez un maitre, comme le piano avec les enfants frangais. Au bout de vingt ans d'apprentissage, l'artiste decide neanmoins de quitter definitivement le langage du signe et de l'ecriture. Pourtant, le rapport entre la ligne (le dessin) et le Symbole (le signe) n'a jamais cesse de l'interesser. Dans sa creation actuelle, les signes ont disparu au profit de dessins abstraits. Aujourd'hui, Hana Usui joue comme une virtuose avec les regles de compo­sition austeres de la calligraphie. Elle brise toute symetrie, surprend par la richesse de ses lignes, leur epaisseur et leur finesse. Ses compositions lineaires evoquent des partitions musicales, elles sont comme les traces d'une danse sur une feuille de papier.